Projet « Campus sans tabac »

En France, environ 200 décès par jour sont liés au tabagisme, première cause de mortalité évitable. Le Service de santé universitaire (SSU) développe depuis plusieurs années des actions de prévention visant à informer les étudiants et aider ceux qui le souhaitent à arrêter de fumer. Des consultations ont été mises en place avec des médecins et/ou psychologues-tabacologues, un groupe de paroles a été créé.

La multiplication d'espaces extérieurs sans tabac – parcs, aires de jeux, plages – et les modèles de campus sans tabac à l’étranger et en France, notamment à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes, ont conduit le SSU à s'interroger sur la mise en place de tels espaces à l'Université. La question est devenue de plus en plus prégnante lorsque différentes structures, notamment la faculté de Pharmacie, la faculté de Médecine et l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC), ont fait part de leur volonté de créer des espaces non-fumeurs.

Le SSU s'est alors associé au comité du Bas-Rhin de la Ligue contre le cancer pour élaborer un projet de "Campus sans tabac", visant à mettre en place un environnement favorable à la santé sur les campus de l'Université.

Les différentes étapes du projet

  • Élaboration du projet
    Le Service de santé universitaire, porteur du projet, a créé un groupe de travail regroupant : le comité du Bas-Rhin de la Ligue contre le cancer, les facultés de Pharmacie et de Médecine, l’IGBMC, Le Service de santé au travail et le CAMUS, le CIRDD (Centre d’information et de ressources sur les drogues et les dépendances), l’Université de Strasbourg, le Crous.
    Une réflexion globale a été menée, et les objectifs du "Campus sans tabac" ont été fixés.
    Suite à l'appel à projet lancé par l'Agence régionale de santé Grand Est, le SSU a obtenu un financement sur 3 ans.
    La directrice du SSU a présenté le projet au CHSCT de l'Université.

  • Enquête de terrain
    Des étudiantes en faculté de pharmacie ont travaillé avec la Ligue contre le cancer pour établir un questionnaire destiné à recueillir l'avis des étudiants et personnels. N'ayant pu être testé sur le terrain, il fut mis en ligne. L'enquête a révélé que les personnes qui avaient complété le questionnaire (plus de 3300 personnes) étaient majoritairement favorables à un projet de campus sans tabac, mais sans interdiction totale. La mise en place d'espaces sans tabac et d'espaces fumeurs a été largement plébiscitée.

  • Parvis sans tabac
    À l’occasion du Mois sans Tabac, certains parvis de l’Université deviendront non-fumeurs à partir du 2 novembre. Sont concernés les espaces devant l’entrée des bâtiments de la Faculté de pharmacie et de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC).
    L'expérience devrait s'étendre à d'autres parvis (dates non encore fixées).

Le projet suit son cours, avec un calendrier bousculé par l'épidémie actuelle.
L'embauche d'étudiants et la mise en place de stands, notamment, aurait pu permettre davantage des temps d'échanges et de discussions avec la communauté universitaire.

Rencontre-débat autour du projet “Campus sans tabac“ / REPORTÉE

La rencontre avec les acteurs du projet initialement prévue le jeudi 15 octobre de 19h à 21h à la Misha est reportée. La date sera communiquée ultérieurement.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R